Notre « 43 ». Vivre à Caen après-guerre

Publié le par Mickaël

Photos provenant du net
Photos provenant du net
Photos provenant du net
Photos provenant du net
Photos provenant du net
Photos provenant du net
Photos provenant du net
Photos provenant du net
Photos provenant du net

Photos provenant du net

   Il y a quelques temps, j’ai appris d’une amie (mais qui ne l’a pas vécu elle-même mais qu’on lui a raconté) d’une période méconnue et tabou d’une partie de l’histoire sur la ville de Caen après sa destruction du au bombardements lors de la 2eme guerre mondiale en Normandie.

     J’ignorais totalement l’existence de cette partie de l’histoire de ma ville car peu, pour ceux et celles qui sont encore dans ce bas monde, ne veulent se remémorer, ce que je comprends, leur choix est entièrement légitime au vu des circonstances plus que précaire dans lesquelles les habitants ont vécu.

     La ville de Caen fut une ville de garnison et détruite a plus 70% par les bombardements massifs qui ont surtout eu lieu entre le 6 et le 12 juin 1944. La destruction laissa les Caennais sans logements, des milliers se sont retrouvés à vivre dans des baraquements et des hébergements précaires dans l’ancienne caserne militaire Claude Decaen appelé le « 43 » et où était installé le 43eme Régiment d’artillerie, des années auparavant. Une vie en communauté difficile où régnait : promiscuité, insécurité, manque d’intimité, la faim mais aussi a contrario la solidarité, la joie… .

    Le « 43 », principal pôle Caennais de cette vie a forgé une partie de l’identité Caennaise mais a aussi ligaturé la parole d’où le fait qu’on ne trouve que peu d’infos dans cette section de notre histoire Normande.

    L’ancien poste de commandement est aujourd’hui le dernier témoignage de cette caserne occupée actuellement par les services municipaux du pôle de vie Rive droite depuis février 2013 (voir photo ci-dessous). Le parc aménagé est appelé Claude Decaen mais aussi « Parc de l’araignée » qui est situé juste à côté de la Polyclinique du Parc.

Un livre de 128 pages (dont je n’ai pas lu) est tout de même paru. Sorti le 15 mai 2014 chez l’éditeur « Cahiers du temps » dans la collection « Du cœur à l’ouvrage » écrit par Bertrand Morvilliers et Madeleine Aussant avec une préface de Florence Aubenas.

La photo de couverture du livre en question

J’espère que vous avez aimé mon article. Je tenais sincèrement à vous faire partager cette histoire car trop sous silence et souvent méconnue. Si vous voyez une information erronée, veuillez s’il vous plait me le faire savoir. Merci !

Mickaël

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article